À quatre pattes sur le lit, je le sentis me pénétrer. Sa verge était raide. Incroyablement dure. Ressentir ce membre d'une extrême raideur aller et venir en moi me procura des sensations formidables. Puis, je voulus l'embrasser. Je me suis donc redressé en faisant en sorte que sa queue reste encore au chaud. Il continuait à me pénétrer. Dos contre son torse, tête retournée à en attraper un torticolis, je lui offris mes lèvres. Comprenant alors que je cherchais les siennes, il se pencha vers moi et m'embrassa tout en poursuivant son action. Afin de me maintenir contre lui, il passa son bras autour de moi.




Commentaires

Articles les plus consultés